fitness online

Le Tapis de course chez le coureur

Un tapis oui mais un tapis pourquoi...

Hivers 2007-2008, quelque part dans une région serbe, futur Kosovo, je découvre le tapis de course.

Un tapis de course ? Un appareil pour courir à l'intérieur ? Oui ce n'est pas une blague. Si quelques jours auparavant je pensais que cet artifice était réservé aux faux sportifs en mal de sensations, c'est enthousiasmé que j'adopte le concept!

La rudesse d'un hivers des Balkans, l'absence de parcours ludique, et la possibilité de courir en toute sécurité et à toute heure, ont raison de mon besoin de grand air.

Saut

C'est une expérience qui date, mais surtout qui fait date.

En effet c'est avec cet appareil que je prends conscience de mes capacités et surprends mon entourage en réalisant un chrono inférieur à 35 minutes pour 10 kilomètres sans jamais avoir effectuer un entraînement sérieux ni même connaître l'existence de la notion de variation d'allure ou de fractionné.Tapis

Les expériences se multiplient avec cet outil qui je maîtrise de mieux en mieux. Maroc, Turquie ou encore les Seychelles, autant de lieux où ce jouet se révèle un accessoire efficace pour palier l'absence de parcours sécurisés et maintenir un entraînement efficace même en vacance.

Je l'adopte définitivement en 2013. Il devient un meuble sportif que je partage avec mon épouse.

Malheureusement ce dernier me lâche peu à peu, c'est pour cette raison que l'Expert Star 5000 d'Akermann fait son apparition à la maison.

De multiples raisons.

Nombreuses sont les personnes qui m'interrogent sur l'utilité de cet outil. Aux « mais courir c'est à l'extérieur », s'ajoutent les « je préfère courir dehors pour m'aérer », moi je réponds que l'indoor et l'amour de l'esprit « outdoor » ne sont pas incompatibles.

Les contraintes et difficultés sont diverses et très variées. De nombreux paramètres sont à prendre en compte. Les « entraînements difficiles, guerres faciles » entendus à droite à gauche ont bien évidement leurs raisons d'être mais à ces préjugés je réponds que nous ne sommes pas tous égaux devant les conditions !

Je m'explique : que les amoureux du grand air expliquent aux gens touchés par les intempéries comment maintenir des entraînements de qualité quand tous les chemins aux alentours sont gorgés d'eaux. Interrogeons également les femmes ou même les hommes, qui ne peuvent que courir le soir après le travail, si la sécurité d'un footing sur tapis est optionnelle, demandons aux parisiens intra-muros si les jours de pollution atmosphérique importante leur salut n'est pas l’entraînement à l'intérieur...

Bref on pourrai débattre longuement de l’intérêt de l’entraînement sur tapis, pour moi il est adopté !

Je vais donc exposer de manière régulière mes séances, mes doutes, mes évolutions le tout sur un fond d'histoire de tentative de record !

Tapis6

« le tapis de course est au coureur ce que le simulateur de vol est au pilote, s'il ne suffit pas pour découvrir le monde il permet de s'y préparer pour » B. BRAVAIS

×