Ice Trail, Presles (95)

 

Un N'Ice trail

 

          

Pascal et moi au départ, tout propre

            Après un lourd entraînement prometteur de 3 semaines, je suis en pleine forme. Les deux semaines « off » de la fin décembre m'ont permis de recharger les batteries et d'avoir « les crocs ». Et oui, l'envie d'en découdre est présente !

            Content de mon travail qualitatif et quantitatif, désireux de mesurer mes progrès, je cherche une course à proximité de mon lieu d'hébergement en région parisienne. Sur le célèbre site « le sportif », je découvre avec joie un « petit » trail, l'Ice trail, tout proche : le 18 janvier, je serai donc présent au 30 Kms, et mon camarade de travail, Pascal, m'accompagnera sur le 15 Kms.

 

            Il pleut toute la nuit précédente, le matin au départ la pluie est toujours là, tout comme le froid. Ca y est le départ est lancé (quelques minutes avant celui du 15). On est nombreux malgré le temps, environ 1000 fadas sur les deux courses. Le tracé est très particulier et ludique : il n'y en a pas ! En faite ce sont des marquages sur les arbres qui se révèlent les uns après les autres. Une horde de joyeux fous traileurs cherchent le chemin à suivre. Cela semble irréel, on entend des « par là ! » ou des « par ici », c'est à la fois drôle mais aussi très frustrant. Cela  fait déjà cinq bonnes minutes que l'on cour et personne ne semble prendre le contrôle de la course. Ca y est un groupe d'une vingtaine de coureurs se détache et rapidement on perd le « fil d'Ariane ». 200 mètres derrières nous, on voit le reste du peloton prendre une autre direction. Demi tour ! Et nous voilà à essayer de reprendre la tête tant bien que mal, en empruntant les bas côtés pleins de boues et de ronces.

            Après quelques kilomètres, un coureur semble se détaché, c'est LEFEBVRE Sébastien  (un grand coureur de trail, qui avait terminé un mois avant, la SaintéLyon en 5ème position) alors je m'accroche derrière lui (je précise que durant la course je ne connaissais pas ce coureur ni ces performances). On continue à courir et prendre de l'avance sur deux valeureux poursuivants. Le parcours est difficile à suivre, régulièrement on est surpris par le changement de direction : cela fait le jeu de nos poursuivants qui peuvent anticiper les trajectoires en nous observant au loin. D'un commun accord, on décide de durcir la course afin de ne plus être à vue. C'est chose faite. Le parcours arrive à sa moitié et c'est heureux que j'aperçois le seul ravitaillement en eau du parcours : et là, surprise, les packs d'eau ne sont pas encore ouverts, les pauvres bénévoles sont surpris de nous voir déjà arrivés. Dommage, on passe à côté sans boire (je précise que je suis partis sans eau). J'utilise bientôt mon deuxième gel, je pense que l'on approche le vingtième kilomètre. La course devient dure pour moi, et Sébastien me lâche dans toute les petite côtes (je mange mon pain noir), et heureusement elles sont relativement courtes. Je recolle après chaque descente ou partie roulante, Sébastien ne semble  pas désireux de me lâcher. Rapidement on atteint les deux heures, et je sens que l'on se rapproche de l'arrivée. Je me place à la hauteur de mon compagnon de course et le remercie de cette belle échappée et l'encourage pour partir et aller gagner cette aventure. Il me répond qu'il est a bloc et qu'il ne veux (ou ne peux) accélérer. Je lui souhaite alors : « bonne chance et que le meilleur gagne ! » et lui tends la main pour une poignée amicale. C'est durant les minutes suivantes, que je retrouve un second souffle et prends un relais appuyé. Surpris, je sens que je m'échappe et ne me retourne pas. J'aperçois bientôt l'arrivée et constate que Sébastien n'est pas derrière. Je termine heureux vainqueur anonyme au milieu du peloton du 15 Kms. C'est Pascal mon camarade du boulot qui annonce au chronométreur que je suis le premier du 30. Une petite minute après Séb franchit la ligne sans sa puce (perdue lors du parcours) j'explique alors que l'on a couru ensemble et l'affaire est réglée.

 

            En attendant les podiums (pas de douches), j'échange mes impressions avec Séb. Avec ce dernier, on est appelé pour le podium : je gagne une paire de Salomon. L'on échange avec Séb nos coordonnés et suis content de l'avoir rencontré. Depuis on reste en contact régulièrement et ce dernier a remporté de belles courses. Avec le recul je regrette seulement de ne pas avoir franchis la ligne d'arrivée main dans la main avec lui ! Désolé Séb.

 

                                                                                                                       Fin de la course, avec Pascal

2009-01-18IceTrail.pdf

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

action raid
  • 1. action raid | 26/10/2009
On espère te revoir cette année.
moi même
  • 2. moi même | 29/10/2009
cela aurait été avec plaisir mais je ne peux que vous répondre que par la négative. Je suis en déplacement durant tout le mois de janvier. dommage...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.