Gruissan Phoebus Trail, 12-13 fevrier 2011

GRUISSAN PHOEBUS TRAIL, 12-13 FEVRIER 2011

 

 

Après une course sympathique à Méaudre (38)Cool, fin janvier ; la saison débutait pour moi à l'occasion de la première manche du TTN à Gruissan (11).

 

Un weekend de St Valentin loin de ma chérieEn pleurs mais avec notre petit groupe du team NB&BV, le tout sous le soleil et une température printanière très agréable !

 

La reprise de l'entrainement a vraiment redémarrée il y a seulement trois semaines, et c'est un peu en mode interrogation que je vais courir ces 50 bornes avec un beau plateau digne des grandes courses de début d'année. Julien est là en favori et tenant du titre mais David, Mika, Manu...seront également là pour montrer de belles choses...

 

 

La coupure après la Saintélyon m'a fait énormément de bien, je me sens reposé mais ce ces longs mois sans compétition me laissent un sentiment d'interrogation : suis-je prêt, ai je encore le volume nécessaire pour avaler cette moitié de 100kms ???

Jack me rassure et m'affirme que la longue préparation post templier va porté ses fruits et me confirme que je suis prêt. Pour le reste, c'est de manière très pro que j'ai préparé ce weekend : régime dissocié scandinave, préparation en électrostimulation « compex », plan hydratation « nutratlétic »...seul ma grosse semaine de travail et le manque de sommeil me pose un problème, je me sens épuisé !

 

Après un nuit très romantiqueClin d'œil dans la même chambre que Mika, c'est dans le gaz que je rejoints Juju pour avaler un rapide petit déjeuner avant de rejoindre le lieu du départ pour commencer un échauffement relativement sérieux (une fois n'est pas coutume, enfin pour moi !)

 

 

Rapidement on se retrouve au départ, quelques mots avec Franck et Sylvain et rapidement le départ est donné : durant les deux premiers kilomètres plats, le peloton est compact car la vitesse n'est pas très élevée...Juju et David L. sont en patron devant et personne ne semble en mesure de venir les perturber ! Le serpentin ainsi formé, commence réellement à s'étirer à l'approche du premier mur : une montée courte, sèche et casse-pattes ! Je suis déjà légerement détaché, proche de Franck, Manu, Sylvain je reste concentré et ne m'emballe pas. Déjà Julien, David et quelques autres sont partis à l'attaque. Au travers de ses premières montés caillouteuses, l'écart grandi, je vois maintenant Mika s'éloigner tous en rythme sans forcer son allure.Surpris

 

A la fin de cette difficulté, je suis dans les pas de Manu et décide de me caler sur son allure de métronome : nous sommes à ce moment là (sans le savoir) 7 et 8ème.

 

Le parcours devient très ludique, un sentier étroit serpente dans le massif de la clape, j'ai vraiment un sentiment d'être en sortie ludique. On alterne des passages dégagés et d'autres en sous bois, le GPS m'annonce 10 kilomètres quand un spectateur nous annonce un retard de 3' sur la tête de la course : je connais la forme et les qualités de Juju mais je suis surpris de perdre si vite autant de terrain vue l'allure que nous maintenons Manu et moi. L'heure de course arrive : le GPS m'indique plus de 14 kms ! Le sentier s'élargit par moment, on n'arrête plus de monter et descendre : il n'y a que peu de plat pour récupérer.Langue tirée

 

 

 

 

Je croise Sylvie et Jack, ainsi que la famille de Sylvain et les encouragements fusent : le 20ème kilomètres approche et c'est dans une partie montante que je décide de changer de rythme, non pas pour me retrouver seul mais plutôt pour essayer de rejoindre le groupe devant composé apparemment de Pascal, Fabien et Mika.

 

 

 

 

Je vais maintenant partir pour une course de « chasseur »en solo sur plus de 20 kms !

C'est donc parti ! je prends dès à présent mes responsabilités et cherche à rentrer sur le groupe le plus rapidement possible : les passages sont superbes et le sentier en bord de falaise « de la pierre droite » mériterait bien une photo mais je reste concentrer sur mes appuis... Déjà ma cheville m'a envoyé un avertissement, une toute petite torsion me rappelle que le plaisir que j'ai pour le moment à évoluer au milieu des roches pourrait vite se transformer en calvaire en cas d'entorse. Malgré cela je profite parfois de quelques secondes de répit lors de passage sur terrain plus propre pour admirer les points de vue...

 

J'entame maintenant la longue descente sur le pont de St Laurent, pour rejoindre le ravitaillement où m'attendent Sylvie et Jack : « une minute derrière un groupe de trois », m'annonce Jack enthousiaste ! Je me sens encore frais : le chemin dégagé me permet en effet de distinguer les autres à une distance proche. Est ce par ennui (les longs kilomètres seuls, mon semblaient interminables) ou par péché d'orgueil, le fait est que je vais combler presque entièrement mon retard en quelques petits kilomètres.

 

 

 

Je suis à proximité ,environ 15'' sur mes petits pointages terrain, du groupe de trois. Je me rapproche sans cesse et dans une énième descente je double enfin, Pascal et Fabien sont à quelques mètres de moi : malgré tout je sens que je cale, impossible de combler les derniers mètres !Criant

 

Je rejoins le 40ème kilomètres, lieu du deuxième ravitaillement, le parcours me plait moins et je commence vraiment à piocher, en deux kilomètres je passe du mode « course-plaisir » en du mode « je veux rentrer à la maison »Déçu.

 

Jack me prodigue les derniers encouragements, je sens qu'il veux que je puisse revenir sur le final, mais je cale vraiment : devant je vois Fabien partir et Pascal ne semble pas au mieux. Rien à faire je ne trouve pas les ressources nécessaires pour le rattraper. Je n'ai plus du tout de plaisir et j'ai la sensation de me faire reprendre : je me retourne pour la première fois !

 

Les 4 derniers kilomètres sont « horribles », ça monte, ça descend, ça remonte, ça redescend, etc...enfin j'aperçois la civilisation : l'arrivée est proche. Pascal avance devant bien trop loin pour que je puisse donner un dernier coup d'accélération pour le rattraper, je gère mon arrivée tranquillement, 6ème en 03h44'27''.

 

 

La course est belle, les paysages fabuleux, les sentiers ludiques, les bénévoles ne sont pas avares en encouragements... cette course est l'une des plus agréable que j'ai connue, certes ce n'est pas de la montagne pure mais le parcours nous réserve des passages techniques et parfois bien compliqués à gérer... L'organisation n'a rien à envier aux grandes épreuves et l'animation est vraiment très professionnelle (je reprends là le titre de la presse locale) : un mélange gagnant de grande course nationale et de course à dimension humaine ! Rien à changer, le top bravo !

Un grand bravo à Juju, David, Mika et tous les participant(e)s , mais aussi à notre équipe du weekend !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.