Neptunus Run

La Neptunus Run

 

J'avais découvert les « spartacus séries » lors de la première « Race Against Nature » française à Fontainebleau. Cette organisation très professionnelle de courses à obstacles est accessible à toutes et tous. Elle avait satisfait bon nombre de coureurs qui, comme moi, avaient apprécié l'association d'un beau parcours de course nature et d'une quinzaine d'obstacles de qualité mais abordables.

 

2015 08 10 neptunus run weer te nieuwpoort op 15 november 2015 jpg

 

Je retrouve Anthony et ses deux amis à Dunkerque le samedi soir après un périple en train, rendu très compliqué par les récents attentats. La tête encore dans le brouillard suite aux événements dramatiques de ce désormais tristement célèbre vendredi treize, je parviens à me motiver pour vendre chèrement ma peau en Belgique. Interdit pour moi de rester prostré et de donner raison à ces fanatiques d'un autre temps !

 

Dimanche. La course se déroule sur un terrain militaire à Nieuport. La première vague s'élance à 13 heures. Nous nous accordons donc une grasse matinée et nous prenons le petit déjeuner tranquillement à dix heures. C'est vraiment agréable !

Nous rallions ensuite la Belgique et nous parvenons à trouver une place de stationnement assez proche de l'entrée de la caserne.

La suite s'enchaîne assez vite puisqu'en moins d'une heure nous nous changeons, récupérons notre puce et atteignons le sas de départ avec quinze minutes d'avance sur l'heure H.

Entouré de coureurs belges et néerlandais, j'observe des « team OCR » ou autres « team X ou Y » dans tous les sens. Trois coureurs estampillés « Team OCR Belgium » sont juste devant moi. Environ une cinquantaine de gars sont devant nous. Le départ est donné après une belle minute de silence à la mémoire des victimes de Paris.

Le premier mur est difficile à franchir, car il se trouve à moins de cent mètres du départ. Je perds un doigt dans l’exercice.

La course commence vraiment. Un paramètre important va jouer dans l'épreuve : le vent et ses rafales au-delà des 80 km/h. D'ailleurs on constate très vite que les barrières de signalisation du parcours sont couchées au sol.

Nr1

Les nombreux virages du début de course me permettent de faire le point sur le retard avec les meilleurs coureurs du départ. Je remonte rapidement aux avant-postes non sans m'employer.

Je profite d'un passage avec le vent favorable pour prendre la tête. Je m'élance avec le porter de sac de sable et les poteaux à franchir puis je me fais devancer lors du parcours « course en sac ». J'espère, cela dit, que les photographes n'ont pas immortalisé ce moment assez humiliant...

On relance immédiatement et le coureur qui a pris la tête est très efficace sur les obstacles. On enchaîne du ramping sous barbelés et des ateliers push-up et sit-up (lire pompes et abdo).

On navigue à proximité de l'aire de départ, ce qui permet aux accompagnateurs, suiveurs et spectateurs de voir de nombreuses fois passer les coureurs. On avance encore sous un filet, puis dans des pneus ; l'exercice n'est pas difficile mais mon compagnon de course est nettement meilleur que moi. Je le reprends à nouveau grâce à un long moment de course mais deux nouveaux ramper ont raison de moi, je suis à nouveau en mode « chasseur ».

Mg 6441

 

On grimpe sur une dune pour rejoindre la plage. Nous ne sommes plus à l'abri du vent et ça se ressent. Le vent nous est favorable et le sable vole à un mètre du sol comme une vague au-dessus de l'eau, c'est superbe. Le grimper de corde est synonyme de demi-tour. On franchit les quatre mini- dunes avec le sable en pleine tête, j'évolue les yeux fermés. Je suis en tête et je constate que mon camarade du jour s'abrite bien derrière moi. Je joue un peu et ralentis fortement, je prends le risque de laisser revenir les poursuivants. La tactique est payante, il prend le relais.

Nous faisons maintenant une boucle dans le mer, l'exercice est ludique et humide. On continue sur la plage en alternant les relais. On franchit 4 ou 5 obstacles composés de poteaux disposés en forme de pyramide.

On voit enfin le bout du tunnel ou plutôt de la plage !

Nr2

 

Je sors en tête et relance fort immédiatement. Je franchis les murs avec une avance confortable. Néanmoins sur le monkey barre suivant, mon camarade est à nouveau à mes trousses. Je remets des mines dans le passage suivant « assez nature », où les hautes herbes se mélangent au sable.

Je gère à présent mon avance. Il me reste l'ascension d'un mur incliné grâce au filet tendu.

Nr4

Je descends dans un bac d'eau et relance une dernière fois. Je vois le panneau « final » et je comprends que la fin est proche. Un dernier plan incliné à grimper à l'aide d'une corde, suivi d'une glissade sur une bâche tendue et humidifiée avec atterrissage dans une mini piscine.

J'en termine bien humide en 47 minutes et trente secondes devant mon compagnon d'échappée.

Nr3

 

Je récupère mon sac à la consigne et fonce vers les douches chaudes !

Mg 6443

 

 

C'est une belle course et une organisation au top. Les obstacles ne sont pas trop durs et il faut courir. C'est une course parfaite pour un « ancien » coureur comme moi ;-)

Bravo aux copains et à tous les participants !

4 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

×